Tout d’abord, une règle de bon sens

Construire une maison adaptée au climat local.

Compacité

Plus le rapport surface des murs extérieurs / volume total (S/V)  d’une maison est petit et moins les déperditions d’énergie sont importantes. Préférez donc une structure compacte (type cubique).

Façade nord de la maison

Elle doit être protégée des vents hivernaux. Le relief ou les arbres à feuilles persistantes constitueront de bons écrans.

Implantez-y des pièces « tampon », type garage ou cellier. Cela évite les pertes de chaleur en hiver. Limitez par ailleurs la surface vitrée à son strict minimum.

maison_bioclimatique_ete

Façade sud de la maison

L’idéal est d’en faire la façade principale de la maison car c’est elle qui reçoit le plus d’énergie solaire. Vous pouvez y implanter une grande surface vitrée, type véranda, afin de profiter de la lumière naturelle et du soleil hivernal. Attention, n’oubliez pas les protections solaires, sinon gare à la chaleur pendant l’été !

Par ailleurs, les arbres à feuilles caduques sont recommandés pour protéger cette façade car ils ont de nombreux avantages:

– En hiver, la perte de leurs feuilles laisse alors pénétrer la lumière et la chaleur dans la maison
– En été, ils permettent un ombrage limitant l’apport de chaleur.

maison_bioclimatique_ete

Façade ouest de la maison

Réduire les vitrages en façade ouest est un facteur de confort. En effet, cela limite la pénétration du soleil de l’après-midi, encore haut dans le ciel aux heures les plus chaudes de l’été. Comme pour la façade sud, il est indispensable de prévoir des protections solaires efficaces : débords de toiture (casquettes), décrochement de façade et rideau végétal à l’ouest, pergola végétalisée et stores clairs devant les vitrages exposés.

La ventilation

Une ventilation performante est un atout précieux dans une maison. Elle évacue l’air vicié et les excès de chaleur. En été, ventilez beaucoup pendant la nuit (rafraîchissement des murs) et peu pendant les heures chaudes. Un puits canadien (voir le chapitre VMC et Puits canadien ) pourrait éventuellement apporter une climatisation naturelle.

L’isolation

Ne faîtes pas d’économie sur l’isolation, c’est elle qui vous apportera le confort thermique, été comme hiver. Une bonne isolation est le premier point à étudier lors de la conception d’une maison environnementale.

Les ponts thermiques sont des structures de la façade de la maison qui permettent un transfert de chaleur (ou de fraîcheur) entre l’extérieur et l’intérieur de la maison. Typiquement il s’agit de structures métalliques qui sont présentes de part et d’autre d’une façade (charpente de fenêtre ou de porte).

Il faut les éviter afin de réduire les déperditions ou les apports indésirables.

Isolez les fondations (en périphérie et verticalement) plutôt que le sol. Celui ci possède en effet une  inertie thermique (capacité à s’opposer aux variations de température) dont vous pouvez bénéficier.

Choisissez des matériaux de construction lourds, à forte inertie thermique, pour stocker les apports externes (soleil) et internes (chaleur de la cuisson, de l’éclairage et de l’électroménager).

Créez un sas d’entrée pour limiter les entrées d’air parasites.

N’oubliez pas ces règles de construction, et souvenez-vous que les investissements faits au départ sont très vite amortis lors de l’utilisation de la maison et sont donc toujours rentables.

Si vous souhaitez vous faire accompagner, il existe plusieurs entreprises comme Constru-diag, des experts de la rénovation et de la construction