La gestion

Pour collecter, trier, recycler  ou incinérer nos déchets, les coûts sont à la charge de la collectivité et sont supportés par les habitants au travers des impôts locaux ou de la redevance.

La gestion des déchets coûte pour 80% des collectivités entre 58 et 114 euros par an et par habitant. (étude ADEME 2009, sur des données de 2006)

A peine 30% des déchets ménagers sont recyclés en France, ce qui nous situe en bas du classement des pays européens. Les déchets non recyclés sont incinérés ou stockés.

Les déchetteries

Le nombre de déchetteries est en augmentation, 1996 on en décomptait 1 500 et aujourd’hui il y en a plus de 3 131.

L’ADEME a mis en place un plan d’actions pour la période 2009-2012. Ce plan vise à atteindre les objectifs quantifiés fixés par la loi de programmation relative à la mise en oeuvre du Grenelle de l’environnement du 3 août 2009 :

  • Réduire de 7 % la production d’ordures ménagères et assimilées par habitant sur les cinq premières années ;
  • Porter le taux de recyclage matière et organique des déchets  ménagers et assimilés à 35 % en 2012 et 45 % en 2015. Ce taux est fixé à 75 % dès 2012 pour les déchets des entreprises et pour les emballages ménagers ;
  • Diminuer de 15 % d’ici 2012 les quantités partant à l’incinération ou au stockage.

La valorisation des déchets

Lorsque nos déchets ont été collectés, ils sont acheminés vers les centres de tri, sont classés par catégorie et sont conditionnés en fonction de leur destination. La plupart seront recyclés.

Le compost collecté dans les déchetteries permet de le réutiliser dans l’agriculture comme engrais naturel.

L’incinération :

Brûler les déchets non recyclables permet d’en réduire le volume et de récupérer de l’énergie (chauffage des bâtiments, production d’électricité…).

Les sous-produits de l’incinération sont également récupérés, et acheminés vers des filières de recyclage. Ces sous-produits peuvent être transformés en mâchefers pour les remblais des routes ou des voies de chemin de fer. Il faut savoir que les usines d’incinération sont soumises à une réglementation très importante pour limiter les impacts sur l’environnement (exemple : épuration des fumées qui peuvent être chargées en métaux lourds).

Récupération du biogaz produit dans les décharges :

Là aussi, il s’agit de récupérer l’énergie produite lors de la dégradation des déchets. La méthanisation est la transformation de la matière organique en méthane et gaz carbonique. Le méthane (biogaz) et le gaz carbonique récupérés sont utilisés pour produire de l’électricité, de la chaleur, du carburant, ou intégré dans le réseau de gaz naturel..

Cette décomposition anaérobie (se déroulant dans un milieu sans oxygène) peut se faire dans les décharges au moyen des déchets organiques stockés, ou à partir  des boues de station d’épuration.

Ce gaz une fois capté peut constituer une nouvelle source d’énergie. Empêcher ce gaz de rejoindre l’atmosphère permet aussi de limiter sa contribution au réchauffement climatique.

Le stockage :

Lorsqu’on ne peut plus transformer, valoriser ou recycler un produit, il faut alors le placer dans une installation de stockage. Ces sites sont soumis à une réglementation très stricte pour permettre la protection des nappes souterraines, du sol et de l’air.