Une maison à énergie positive est une construction produisant plus d’énergie, plus de chaleur et d’électricité qu’elle n’en a besoin pour son fonctionnement.

Il s’agit en fait d’une maison passive, la construction qui produit elle-même la quantité d’énergie dont elle a besoin pour fonctionner, mais en version plus performante et fortement équipée en ressources d’énergie. Pour arriver à une telle performance il faut à la fois réduire les besoins de consommation d’énergie pour s’orienter vers un bâtiment basse consommation, puis répondre à ses besoins par des dispositifs de production d’énergies renouvelables.

Différents facteurs joués à une maison positive

Construire une maison positive ou rénover une habitation existante dépend de plusieurs facteurs :

  • Une maison compacte : plus une maison sera compacte moins elle présentera de déperditions énergétiques, la surface exposée étant réduite.
  • Une maison bien orientée : en profitant de l’ensoleillement, il est possible l’hiver d’emmagasiner la chaleur du soleil et de  la restituer la nuit. L’été le rayonnement est limité pour maintenir la maison au frais. Les surfaces vitrées doivent être orientées de manière à limiter les pertes avec une majorité d’ouverture côté sud.
  • Une maison bien agencée : les pièces à vivre ou ayant besoin de chauffage (salon, salle de bains,…) doivent être placées au sud. Les chambres nécessitent moins de chauffage et occupent donc la partie nord.
  • Une maison bien isolée : une maison positive est avant tout une maison où l’isolation permet de réduire au maximum l’apport énergétique nécessaire au chauffage.

 

Une fois l’habitat réalisé, il reste toute la partie équipement :

  • Le chauffage : Les systèmes performants (poêle à bois ou à granulés, pompe à chaleur air/air ou air/eau,…) permettent de réaliser des économies importantes et une réduction des émissions de GES et CO2.
  • La ventilation : La ventilation représente jusqu’à 20 % de la consommation de chauffage de la maison ! En installant une ventilation double flux, l’économie sur le chauffage est de 15 %, sans compter le confort supplémentaire apporté (traitement de l’air par exemple).
  • L’électricité : Une lampe basse consommation consomme 4 à 5 fois moins qu’une lampe à filament, un appareil de classe énergétique A consomme trois fois moins qu’un de classe C, une multiprise coupe-veille empêche la consommation des veilles des appareils électriques qui représentent entre 50 et 125 Wh par foyer.
  • L’eau : un chauffe-eau solaire (installation thermique) est une évidence dans une maison positive. Mais la gestion de l’eau doit aller au-delà. En installant un récupérateur d’eau de pluie, vous pouvez faire des économies et préserver une ressource primordiale.
  • L’extérieur : Avec des systèmes d’éclairage solaire, vous pouvez profiter de votre jardin avec un impact écologique quasi-nul.

 

Quatre indicateurs pour suivre les progrès vers l’énergie positive

Les deux premiers sont des indicateurs centraux :

  • La consommation totale d’énergie primaire avant prise en compte de la production locale.
  • La consommation totale d’énergie primaire sur le site diminuée de la production d’énergie renouvelable sur le site. Pour faciliter la communication il sera important de trouver un nom pour cet indicateur. On le note ici provisoirement bilan énergétique du site. Un bâtiment sera à énergie positive uniquement si ce bilan passe au dessus de zéro en moyenne sur l’année et que le bâtiment devient donc un exportateur d’énergie plus qu’un importateur.

Les deux autres indicateurs sont complémentaires:

  • L’énergie grise, énergie primaire nécessaire à la construction, à l’entretien, à la maintenance et à la démolition du bâtiment.
  • L’énergie primaire nécessaire au transport des utilisateurs des bâtiments.

 

Des points à penser pour la réalisation de maison positive

Pour réaliser une maison positive, pensez aux points ci-dessous :

  1. Panneaux photovoltaïques
  2. Mini-éolienne
  3. Equipement électrique économe
  4. Citerne de récupération d’eau de pluie
  5. Chauffe-eau solaire
  6. Plancher chauffant
  7. Panneaux solaire thermiques
  8. Puits canadien
  9. Véranda
  10. Mur végétal
  11. Triple vitrage
  12. Isolation extérieure

 

La maison passive ou  basse consommation est une norme énergétique d’un bâtiment ainsi qu’une appellation utilisée pour certains types de maisons. Cette appellation signifie que la maison a une très faible consommation énergétique.

On désigne généralement par maison passive un bâtiment qui est pratiquement autonome pour ses besoins en chauffage. Il se contente des apports solaires, des apports métaboliques (habitants, machines) et d’une bonne isolation, ce qui relègue le rôle du chauffage à un simple appoint.

  • Principe I – réduire au maximum les pertes de chaleur

Diminuer les déperditions thermiques par transmission

Diminuer les déperditions thermiques par ventilation.

  • Principe II – Maximiser les gains de chaleur

Le réchauffement peut se faire « passivement » :

Utilisation du soleil comme chauffage grâce aux fenêtres ou  façades en verre.

Chaleur issue de l’utilisation des appareils électriques ou émise par les habitants.

 

La norme allemande « Passivhaus » est accordée à partir d’un besoin de chauffage inférieur à 15 kWh/m²/an, et un besoin de moins de 50 kWh/m²/an d’énergie finale.

Deux manières de réduire les besoins énergétiques :

  • Isoler le bâtiment pour diminuer ses pertes. C’est la sur-isolation, qui utilise par exemple des triples vitrages et des épaisseurs d’isolant de plusieurs dizaines de cm. L’image ci-dessous montre les différents points de pertes énergétiques possibles.

 

  • Augmenter les apports solaires. C’est le bioclimatisme, qui cherche à capter plus d’énergie plutôt qu’a réduire les pertes, puisque cette énergie est gratuite et renouvelable (les deux démarches sont cependant bien entendu complémentaires). L’image ci-dessous, indique comment orienter l’implantation de sa maison pour tenir compte des vents dominants selon les saisons.

Un équilibre à obtenir

Une ventilation efficace est nécessaire pour atteindre de hautes performances en matière de confort thermique, d’économie d’énergie et de qualité de l’air.

Une simple pose d’isolation n’est pas suffisante pour limiter la perte de chaleur des parois. Il faut supprimer les fuites d’air au travers de l’enveloppe du bâtiment grâce à une excellente étanchéité à l’air.

La réalisation d’une enveloppe étanche empêche un renouvellement suffisant de l’air. La ventilation corrige ce problème.

Photos thermiques

Les  photos  thermiques  rendent  très  apparentes  les  pertes  thermiques.Certaines municipalités proposent des campagnes de surveillance des pertes énergétiques, en collaboration avec les techniciens de l’ADEME.
Renseignez vous près de chez vous