Principe de l’energie éolienne

Une éolienne est constituée d’un mât solidement fixé sur son support (sol, toit), de hauteur variable selon l’emplacement choisi, à l’extrémité duquel un rotor à pales entre en mouvement et entraîne une génératrice de courant. Celle-ci génère de l’électricité à partir d’une certaine vitesse du vent (environ 15 km/h ou 4 m/s). On estime que la puissance fournie augmente avec le cube de la vitesse du vent.
 
Un onduleur sera nécessaire pour rendre le courant utilisable dans la maison.
Ensuite, il est possible soit de stocker les surplus d’électricité dans des batteries (faible durée de vie), ou de les revendre sur le réseau (technique la plus fiable et la plus rentable).

Dans tous les cas, le choix d’implantation de l’éolienne est capital pour son efficacité : il faut étudier très précisément la météorologie locale, et tenir compte du relief ainsi que des obstacles entourant l’implantation.

En France, un projet est rentable économiquement si la vitesse moyenne annuelle du vent sur le site est supérieure à 6 ou 7 m/s soit entre 21 et 25 km/h.

Le choix d’un système éolien

Il existe des éoliennes domestiques pour toutes les situations, de toutes les puissances (allant de 25 Watts à plus de 36 000 Watts (36kW)), et de toutes les dimensions. Toutefois, si le mât de l’éolienne dépasse 12 mètres de haut, les démarches administratives sont plus contraignantes.
 
Dans tous les cas, une étude préalable doit être effectuée pour :
 
  • Savoir si les conditions météorologiques locales rendent possible la production d’électricité par éolienne (potentiel éolien du site)
  • Déterminer précisément les besoins en électricité de votre foyer, et ainsi dimensionner correctement l’installation (la référence est une famille de 4 personnes, pour laquelle une éolienne de 2 kW suffit lorsque la vitesse moyenne du vent est de 5m/s)
  • Choisir la meilleure implantation de l’éolienne (orientation du vent, fixation, gêne sonore et visuelle)
  • Savoir s’il est intéressant de se raccorder au réseau pour le rachat des surplus d’électricité par EDF

Avantages et inconvénients

Avantages :

  • Source d’énergie totalement renouvelable et propre
  • Performances optimales dès que le vent dépasse 5m/s
  • Convient très bien aux sites isolés du réseau électrique national
  • Installation rapide après autorisation
  • La durée de vie moyenne de l’éolienne est de 15 ans
  • Peu d’entretien et de maintenance

Potentiel-eolien

Source : ADEME

Inconvénients :

  • Irrégularité de la fourniture en électricité : il faut un générateur d’appoint si le vent tombe
  • Il est préférable d’être situé à proximité d’un poste de transformation afin de limiter le coût du raccordement.
  • Coûts d’achat et d’installation élevés ne rendant rentable l’investissement que sur plus de 10 ans
  • Démarches administratives obligatoires avant installation (Mairie, DIRECCTE)
  • Si le mât dépasse 12 mètres, les démarches administratives sont un peu plus contraignantes.
  • Impacts visuel et sonore à prendre en compte
  • En pratique, l’éolienne possède un rendement assez faible (souvent entre 25 et 30% de la puissance maximale).
  • Les éoliennes peuvent perturber la réception des ondes hertziennes.

Les coûts

Achat : il faut compter environ 15000 € pour une éolienne capable de fournir 2500kWh/an, soit la consommation d’une famille moyenne (4 personnes, dont 2 enfants).

Les coûts d’installation : certains « kits éoliens » sont à installer soi-même, et donc le coût d’installation est considéré comme nul. Dans les autres cas, le coût d’installation dépend beaucoup du site d’implantation et de l’aménagement du terrain qu’il faut parfois réaliser au préalable. On peut toutefois avancer le montant de 1000 € par kW installé (dont 25% pour l’aménagement du terrain et le raccordement réseau). 

 

Les coûts de fonctionnement sont très légers si l’installation est de qualité : de l’ordre de 1 à 2% du coût d’investissement.A prendre en compte: le rachat d’électricité
Si votre équipement est relié au réseau d’électricité, EDF rachète l’énergie en excès  produite à un prix compétitif : 0,082 euros / kWh (tarif 2010)