Constat

Nous passons le principal de notre temps à l’intérieur des bâtiments (maison, bureaux, transports…) qui sont construits de plus en plus hermétiquement et souvent mal ventilés.

Voici les gestes simples à mettre en place pour réduire une mauvaise qualité de l’air intérieur.

L’air de la maison : un air pas si sain

Pour être parfaitement sain, l’air de notre maison devrait être ni trop sec, ni surtout trop humide, dépourvu ou presque de polluants chimiques, de bio contaminants ou de poussières.

Or, des études récentes montrent qu’il existe de nombreux polluants dans l’air intérieur de nos maisons.

  • Les composés organiques volatils (COV) peuvent provoquer des irritations (peau, muqueuse, appareil respiratoire), des réactions allergiques, des atteintes du système nerveux ou reproducteur, des cancers…
  • L’oxydes d’azote entraîne une irritation des bronches, asthme
  • Les fibres minérales artificielles : leurs effets sont encore mal connues à faible dose mais elles peuvent provoquer des irritations, cancers lorsque leur concentration est importante.
  • Les poussières et particules entraîne des pathologies respiratoires, allergies, irritations, empoisonnements…

Les sources de ces polluants intérieurs sont multiples et diffuses,  ce qui les rends difficiles à détecter.
: nos activités, les matériaux de construction, les produits d’entretien et de décoration, le mobilier, les appareils de chauffage, nos animaux familiers, l’environnement extérieur …

Les conséquences de leur présence ? Elles peuvent être graves et sont toujours gênantes : dégradation du bâti, inconfort, pathologies diverses, intoxications … Ces nuisances touchent plus gravement les personnes fragiles (petits enfants, personnes âgées, malades) qui passent la quasi-totalité de leur temps à la maison.

Ce schéma réalisé par l’Ademe, identifie les différentes sources de polluants à l’intérieur d’une maison.

pollution intérieur